Les fantômes du royaume

Les fantômes du royaume

Johan Theorin

Avec L’Heure trouble, premier roman aux inclinations lyriques et fantastiques crânement revendiquées, Johan Theorin s’imposait comme l’un des plus intéressants spécimens de la jeune génération d’auteurs policiers suédois, nourrie à la prose de Henning Mankell, de Maj Sjöwall et de Per Wahlöö, et s’éloignant néanmoins de leurs canons austères. Avec L’Écho des morts, fiction policière baroque et deuxième tome de sa trilogie consacrée à l’île d’Öland, il se situe aux antipodes de ses inspirateurs.

Son premier dessein ? Profiter d’une enquête policière pour offrir au lecteur un moment de tourisme sociologique sur ce gros confetti calcaire suédois cerné par la Baltique. Johan Theorin y a longtemps vécu, ce qui se traduit, comme dans L’Heure trouble, par une peinture détaillée du microcosme îlien, formé d’ex-travailleurs de la mer cacochymes, de néoruraux ou de petits délinquants... À ce tableau naturaliste, le romancier en juxtapose un autre, bien plus angoissant : c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine