Les fantômes du royaume

Les fantômes du royaume

Johan Theorin

Avec L’Heure trouble, premier roman aux inclinations lyriques et fantastiques crânement revendiquées, Johan Theorin s’imposait comme l’un des plus intéressants spécimens de la jeune génération d’auteurs policiers suédois, nourrie à la prose de Henning Mankell, de Maj Sjöwall et de Per Wahlöö, et s’éloignant néanmoins de leurs canons austères. Avec L’Écho des morts, fiction policière baroque et deuxième tome de sa trilogie consacrée à l’île d’Öland, il se situe aux antipodes de ses inspirateurs.

Son premier dessein ? Profiter d’une enquête policière pour offrir au lecteur un moment de tourisme sociologique sur ce gros confetti calcaire suédois cerné par la Baltique. Johan Theorin y a longtemps vécu, ce qui se traduit, comme dans L’Heure trouble, par une peinture détaillée du microcosme îlien, formé d’ex-travailleurs de la mer cacochymes, de néoruraux ou de petits délinquants... À ce tableau naturaliste, le romancier en juxtapose un autre, bien plus angoissant : c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Par les routes », Sylvain Prudhomme,  éd. L'Arbalète/Gallimard

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

SEPTEMBRE :

► L'identité et ses (im)postures : critique du Nom secret des choses de Blandine Rinkel

 Souvenirs de la maison close : critique de La Maison d'Emma Becker

 Le feu au lac : version longue de l'entretien avec Kevin Lambert

 

© Louison pour le NML

© Louison

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF