Les fantômes de l'enfance

Les fantômes de l'enfance

Dans le bar de son hôtel parisien, Russell Banks allume cigarette sur cigarette. Face aux interdictions pesant sur les fumeurs aux Etats-Unis, le maintien de cette habitude dénote une volonté de se définir en marge, parmi ceux qui résistent à une certaine forme d'uniformisation. Russell Banks reste fidèle à ses origines : ses personnages sont des prolétaires, fils de pères violents et dominateurs. Ils sont écrasés par le poids de l'échec familial et la culpabilité d'être nés. Ils survivent par des combines et des petits boulots. Certains d'entre eux parviennent néanmoins à prendre le contrôle de leur destin.

Fils d'un plombier alcoolique, Russell Banks est hanté par le souvenir de son frère Christophe, mort carbonisé dans un train de marchandise où il circulait en fraude. « Pourquoi moi ? », s'interroge Russell Banks. « Pourquoi ai-je survécu ? Pourquoi suis-je arrivé à changer ma place dans la société, à reprendre pied dans la vie par l'écriture, alors que celui qui avai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes