Les failles d'un monument roumain

Les failles d'un monument roumain

À la virgule finale qui parachevait La Croisade des enfants (éd. des Syrtes, prix Courrier international du meilleur roman étranger 2010) se substituent des points de suspension, comme si l'histoire racontée, les histoires, n'étaient jamais tout à fait finies, mais laissées suspendues, vouées peut-être à être reprises, relues, démontées puis remontées dans un ordre différent. La Roumaine Florina Ilis écrit de gros romans qui ne veulent pas finir et où l'ampleur appelle au tumulte, de fils narratifs et de registres littéraires, de personnages et de réflexions. Dans une préface en forme de simulacre volontaire, l'écrivain Ghislain Ripault parle d'un « stimulant dédale » pour servir ce millefeuille tout à la fois « essai, Mémoires, enquête, poème, théâtre, chronique, étude, procès-verbal », dont le titre dit le caractère pluriel. Les Vies parallèles sont celles du poète Mihai Eminescu (1850-1889), héros autant qu'énigme. Il s'agit d'une sorte ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article