Les espions sont parmi nous

Les espions sont parmi nous

Dès l'aube du xxe siècle, les agents secrets sont entrés dans la littérature. Ian Fleming, Graham Greene, John le Carré ou, plus décriés, Jean Bruce et Gérard de Villiers en ont fait des mythes. Qui ne connaît James Bond ou OSS 117 ? Mais ces best-sellers ont eu un effet paradoxal : nous avons fini par croire que les espions étaient des figures de légende, vivant dans un monde virtuel fait de casino, de coupes de champagne, de pistolets à silencieux et d'amours passagères.

Pourtant, l'actualité a rattrapé la fiction. En 2018, il y a d'abord eu, en mars, l'affaire Skripal, du nom de cet ancien agent des services secrets russes et de sa fille, empoisonnés à l'aide d'un gaz de combat, à Salisbury, au Royaume-Uni. Des militaires russes, sous de fausses identités, ont mené cette opération, selon la police britannique. Le gouvernement russe aurait voulu ainsi, à quelque temps de ses élections, effrayer les dissidents, car Skripal était lui-même un ancien agent du GRU, le renseigne ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon