Les enragés du plagiat

Les enragés du plagiat

À deux reprises, en 1998 et en 2007, Marie Darrieussecq est suspectée de plagiat. La première fois, par Marie NDiaye, qui lui reproche la « singerie » de Naissance des fantômes ; la seconde par Camille Laurens, qui voit dans Tom est mort « un plagiat psychique ». Plainte infamante, puisqu'elle frappe tout écrivain non seulement au coeur de son métier, mais aussi de son honnêteté, de sa valeur en tant qu'être humain - de son existence même. Une attaque à bout portant, médiatisée et redoublée, qui peut tuer le désir d'écrire, voire de vivre. N'attendez pas de Rapport de police une confession ou un exercice de justification. Les amateurs d'autofiction en seront pour leurs frais. Le ton est cinglant, la démonstration richement étayée, l'accusation retournée comme un gant qui gifle. Darrieussecq a trempé sa plume dans l'érudition et l'ironie normaliennes. Son réquisitoire prend la forme d'un essai, implacable, convoquant différentes figures de cette maladie, la « plagiomanie », virus qui ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine