Les drôles de Gus

Les drôles de Gus

Le portrait d'une joyeuse tribu familiale, sur fond de braquage et de gouaille adolescente.

Marin Ledun ne pouvait trouver meilleure façon de fêter dix ans d'écriture de romans noirs. Avec Salut à toi ô mon frère, il change de ton et ajoute, à sa fibre sociale, une énergie comique. Cela se passe à Tournon-sur-Rhône, commune dont l'auteur est originaire. La narratrice s'appelle Rose, jeune fille de 21 ans, gothique passionnée de littérature. Elle est la troisième née de la folle famille Mabille-Pons. Deux parents, six enfants, un chien, deux chats. Joyeuse tribu indisciplinée dont aucun des membres ne se ressemble.

Comme chaque lundi matin, Rose fait les comptes et s'inquiète, « il m'en manque un ». Son frère cadet, Gustave, enfant colombien adopté par les parents, est introuvable. Le voilà bientôt accusé d'avoir braqué un bureau de tabac avec deux complices et d'avoir tiré sur le buraliste. La vidéo de surveillance l'atteste. Pourtant Gus est forcément innocent.

N'en déplaise à tous ceux qui voient dans sa couleur de peau la preuve de sa culpabil ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes