Les dons du Quichotte

Les dons du Quichotte

Le grand critique italien poursuit son exploration intimedes monuments littéraires.

Tolstoï, Goethe, Kafka... Aucun monument n'intimide Pietro Citati. Cette fois-ci, il décrit Cervantès décrivant don Quichotte - tournant autour de lui, plutôt -, lui « qui ne se lassait jamais de [le représenter] » et ne cessait d'ajouter à son portrait mille nuances. Un roman-monde, « mobile, inquiet, flexible, plein de vagabondages et de variations » : voilà ce qu'est Don Quichotte, dont nous est ici livrée la substantifique moelle.

Pietro Citati s'attarde particulièrement sur deux aspects. D'abord la dimension métafictionnelle (le livre qui se commente lui-même) : soucieux de déjouer la critique, Cervantès, se présentant d'abord comme « le beau-père » du texte, finit par « avouer » qu'il n'est pas de lui. « La radicale ambiguïté » de Don Quichotte, où le vrai semble factice, où le mensonge se pare des plus brillants atours, acquiert une densité plus fascinante encore dans la seconde partie de l'épopée, où Quichotte et son fidèle Sancho Panza ont pris con ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article