Les deux corps de l'historien

Les deux corps de l'historien

On cite souvent à tort l'érudit allemand : deux biographies redonnent chair à ses paradoxes. -

Ernst Kantorowicz partage avec Marc Bloch le curieux privilège de pouvoir être cité à tout instant dans ces débats sans fin qu'organisent les chaînes d'info en continu lorsqu'il s'agit d'explorer la vraie nature d'Emmanuel Macron comparée à celle de ses prédécesseurs. Il arrive toujours un moment où un journaliste, soucieux d'élever le niveau des échanges ou bien d'étaler sa culture, sort de sa besace Les Deux corps du roi, du premier (1957), ou Les Rois thaumaturges, du second (1924). Effet garanti ! Nos deux historiens médiévistes, s'ils revenaient à la vie, seraient sans doute stupéfaits de l'usage ainsi fait de leurs oeuvres - ou plutôt du seul titre de leurs chefs-d'oeuvre - lorsqu'il s'agit d'expliquer, ô surprise, ô miracle, que le monarque républicain possède une vie publique et une vie privée et que ses pouvoirs excèdent ceux que lui confère la seule Constitution. Comme si c'était là l'unique apport de tant de recherches, de tant d'érudition et de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon