Les deux moscoutaires

Les deux moscoutaires

Deux cousines sibériennes, l'une innocente l'autre délurée, dans l'enfer d'une capitale vérolée par la corruption et l'hyperindividualisme.

Nous avons découvert le Russe Victor Remizov voilà deux ans lors de la parution du superbe Volia Volnaïa : avec beaucoup d'intelligence, le roman racontait une Sibérie post-soviétique faite de petits trafics, de petits arrangements avec la loi, et chantait son peuple épris de liberté... avant de l'exposer à une reprise en main des autorités corrompues de Moscou. Devouchki reprend la confrontation entre ces deux mondes, mais en l'inversant : ici, ce sont Katia et Nastia, deux jeunes et jolies cousines sibériennes, l'une innocente, l'autre bien délurée, qui s'en vont à Moscou comme, en France, on s'installe à Paris : pour les lumières et l'argent. Auparavant, on aura droit à une description de la vie dans le village sibérien, où la beauté de la nature, la chaleur humaine, les cultures littéraire et potagère aident à supporter la misère. Mais le père de Katia a besoin d'être opéré de la colonne vertébrale, tandis que son frère, détenu, réclame sans cesse de l'argent. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article