Les deux enfers

Les deux enfers

Bernanos a fait de l'enfer le centre de son oeuvre, le sujet essentiel, permanent. Le Malin qui hante ses romans ressemble comme un frère au monstre hitlérien qu'il pourfend dans ses essais.

Dès son premier roman, placé sous le signe de Satan, où il fait dire à un prêtre lançant un défi à Dieu : « Ah ! qu'importe l'enfer et sa flamme » 1, Bernanos a fait de l'enfer le centre de son oeuvre, le sujet essentiel, permanent. La raison en est simple. Pour lui, l'enfer, qui ne relève pas de la mythologie, est bien plus qu'un sujet de roman. Réalité d'un autre monde, il est une évidence qui intéresse aussi et d'abord la très terrestre vie de tous les jours - avec son triangle infernal de Huis clos , où tout duo est impossible en raison du passé de chacun, Sartre montre à sa manière cette concomitance entre ce que fut l'être ici et ce qui l'attend là-bas.

La représentation de l'enfer n'est pas entreprise littéraire simple. C'est par Satan qu'est habituellement évoqué l'univers infernal, et moins ses maux que les actions qui, ici-bas, y conduisent. Toutefois, décrire Satan n'est pas non plus oeuvre simple, et ce qu'il y a d'unique chez Bernanos est ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé