Les désordres de l'amour

Les désordres de l'amour

À 18 ans, Mme de Villedieu enflamme les esprits louis-quatorziens avec un poème intitulé « Jouissance » : « Et je ne connais plus de vert u ni d'honneur/Puisque j'aime Tirsis et que j'en suis aimée. » Longtemps oubliée, elle fait désormais la joie des chercheurs : Lidia Breda a donc ajouté Les Désordres de l'amour à une collection déjà fort riche. Des guerres de Religion à l'avènement d'Henri IV, le coeur du jeune Givry balance entre le roi et la Ligue, passant de l'infortunée Mme de Maugiron à l'inatteignable héritière des Guise. Écrit trois ans avant La Princesse de Clèves, ce roman bref et fin n'a rien à lui envier.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article