Les déconvenues du conteur

Les déconvenues du conteur

La vie chaotique de Hoffmann, écrivain par défaut, musicien par vocation, juriste par obligation.

Faut-il rater sa vie pour réussir son oeuvre ? Cet axiome n'est pas une règle d'airain mais fonctionne à merveille pour E. T. A. Hoffmann (1776-1822), dont la chaotique existence est contée dans le détail par le romancier et essayiste Pierre Péju. Rejeton d'un père absent et d'une mère neurasthénique, élevé par des grands-parents austères, Hoffmann devint juriste par obligation, musicien par vocation, caricaturiste par inclination, et faiseur de ses fameux Contes faute de mieux pour avoir accumulé les échecs dans ses domaines de prédilection. Fin musicologue mais compositeur sans succès, directeur d'opéras calamiteux, il fit en revanche des prodiges en matière de débauche et d'alcool. Ses facilités d'écriture, son imagination débordante au service d'un riche univers fantasmatique ancré dans le réel, inspirèrent entre autres Nodier, Gautier, Baudelaire, Balzac, Nerval et Andersen.

Quelle est la caractéristique de la patte hoffmannienne qui inspira à Freud son concep ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine