Les déconvenues du conteur

Les déconvenues du conteur

La vie chaotique de Hoffmann, écrivain par défaut, musicien par vocation, juriste par obligation.

Faut-il rater sa vie pour réussir son oeuvre ? Cet axiome n'est pas une règle d'airain mais fonctionne à merveille pour E. T. A. Hoffmann (1776-1822), dont la chaotique existence est contée dans le détail par le romancier et essayiste Pierre Péju. Rejeton d'un père absent et d'une mère neurasthénique, élevé par des grands-parents austères, Hoffmann devint juriste par obligation, musicien par vocation, caricaturiste par inclination, et faiseur de ses fameux Contes faute de mieux pour avoir accumulé les échecs dans ses domaines de prédilection. Fin musicologue mais compositeur sans succès, directeur d'opéras calamiteux, il fit en revanche des prodiges en matière de débauche et d'alcool. Ses facilités d'écriture, son imagination débordante au service d'un riche univers fantasmatique ancré dans le réel, inspirèrent entre autres Nodier, Gautier, Baudelaire, Balzac, Nerval et Andersen.

Quelle est la caractéristique de la patte hoffmannienne qui inspira à Freud son concep ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Laurent de Sutter © Hannah Assouline/ éd. de l'Observatoire

Laurent de Sutter
« Une indignation efficace reconfigure nos manières de penser »

Nos livres

 La langue confisquée, Frédéric Joly, éd. Premier Parallèle

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

SEPTEMBRE :

► L'identité et ses (im)postures : critique du Nom secret des choses de Blandine Rinkel

 Souvenirs de la maison close : critique de La Maison d'Emma Becker

 Le feu au lac : version longue de l'entretien avec Kevin Lambert

 

© Louison pour le NML

© Louison