Les déchus de l'élitisme

Les déchus de l'élitisme

C'est un livre qui dresse l'inventaire des querelles qui ont mené la noblesse à son extinction légale : le 19 juin 1790, l'Assemblée nationale constituante votait la fin de la noblesse héréditaire.

Depuis Fénelon et Saint-Simon, en passant par Montesquieu, l'historien Fadi El Hage montre comment ce sont des nobles qui ont signalé les défauts de leur ordre. Une noblesse qui rechigne à donner son sang au combat et dont les philosophes conjuguent les mérites au passé. Un peu comme si, à la veille de la Révolution, la France avait perdu ses grands hommes. La noblesse était devenue paresseuse, avide, irréfléchie, lâche... Or ce livre fait étonnamment penser à la France actuelle. Et on peut en appliquer la grille à la critique de notre vie publique.

C'est devenu un leitmotiv dans les sociétés démocratiques : les dirigeants, et plus largement les élites, ne seraient plus à la hauteur. Notre actuelle noblesse serait décadente. Sa cupidité est illustrée par les scandales Ghosn ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon