Les débats de demain

Les débats de demain

Avec la mort de Sartre, de Barthes et de Lacan, au tournant des années 1980, une époque se serait définitivement close, celle de la « vie avec la pensée ». La scène intellectuelle n'aurait fait qu'endurer une interminable agonie, égayée par les habiletés trompeuses de ceux que Dominique Lecourt nomme les « piètres penseurs ». La pensée, cette vita contemplativa dont Hannah Arendt assurait que, sans elle, la vita activa n'avait pas de valeur, serait tombée sous le joug du simulacre et de la répétition. Son histoire, désormais, bégaierait dans l'arène des polémiques biaisées et des joutes médiatiques spectaculaires, comme autant de miroitements illusoires sur les murs de la cité intellectuelle. Sans doute cette idée recèle-t-elle une part de vérité. Sans doute est-on aussi en droit d'affirmer, avec autant d'aplomb que Jean-Claude Milner dans un libelle incisif et enlevé, qu'il n'existe pas de vie intellectuelle en France 1. Les indices ne manquent pas, dans l'« actualité des idées », ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine