Les chefs de la bande

Les chefs de la bande

Si les Italiens, Manara et Crepax en tête, sont les maîtres incontestés de la BD érotique, les Français, créateurs de Paulette et de Barbarella, n'ont pas à rougir de leurs prestations.

Selon Jean-Jacques Pauvert, dans L'Amour à la française ou l'Exception étrange, c'est en France que la littérature érotique trouva au mieux à se développer, mais pour ce qui est de la bande dessinée, reconnaissons que l'Italie surpassa la Gaule. La production de fumetti per adulti populaires y fut pléthorique et un mensuel de haute qualité comme Blue (1991-2009), unique au monde, permit à de grands auteurs de s'exprimer en toute liberté - entendre : sans faire de concessions au commerce.

De même que le dessinateur américain Jack Kirby est le pionnier des superhéros, vénéré des lecteurs et de la profession, Magnus (1939-1996), de son vrai nom Roberto Raviola, fait office de maestro et de père fondateur pour les fumetti érotiques. Lorsque se développèrent les fumetti neri, aux héros délinquants, dans la première moitié des années 1960, il créa les célèbres Kriminal et Satanik. Et quand du crime on passa au ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes