Les banquiers à découvert

Les banquiers à découvert

Notre argent les intéresse : objets de tous les fantasmes de meurtre et de détestation, ceux qui détiennent nos économies méritent-ils tant d'indignité ?

Les sondages montrent que les banquiers font partie des professions les plus détestées par les populations, et lorsqu'une manifestation dégénère c'est souvent contre les banques que les casseurs retournent leur rage. Cette détestation ne date pas d'aujourd'hui, puisqu'on se souvient tant de l' auri sacra fames de Virgile que du fait que le monde chrétien s'est méfié lui aussi de certains usages qui caractériseront plus tard l'activité bancaire, comme le principe d'usure. Ce dernier est condamné dès le concile de Nicée au IVe siècle, parce qu'exiger le paiement d'un prêt pour un bien qui ne se « consume » pas est contraire à la charité. D'ailleurs, les juifs, qui étaient interdits de pratiquer certaines professions et étaient en moyenne plus alphabétisés que d'autres populations, ont endossé les métiers de la finance et hérité de la haine consécutive à l'exercice de ces professions.

La condamnation de la pratique de l'usure dit quelque chose des raisons pour lesquel ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon