Les angoisses de Livio

Les angoisses de Livio

Rarement on aura suivi un exposé scolaire avec tant de passion. Étudiant en terminale, Livio livre devant sa classe un exposé sur Magnus Hirschfeld, ce médecin allemand qui, le premier, ausculta la sexualité humaine sous un angle scientifique. Il fonda aussi un institut dédié et fut l'un des pionniers de la cause homosexuelle, avant que les nazis ne le prennent pour cible. Cet exposé est, pour Livio, une façon de se dévoiler. Reste à savoir comment la classe le prendra. Et comment le prendra Camille, son amie, que tout le monde prend pour son amoureuse.

À partir de cet exposé, qui occupe presque tout le livre, Brigitte Giraud rayonne, dans tous les sens du terme : elle plonge dans les angoisses de Livio, dans les hiatus entre la façon dont il avait imaginé son exposé et son déroulement réel. Elle expose sa famille, ses capitulations, son père qui traite les footballeurs de « pédales », sa mère qui aime beaucoup son jeune coiffeur, homosexuel, mais reste aveugle à ce que son ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard