Les écrivains voyageurs sont-ils au bout du chemin ?

Les écrivains voyageurs sont-ils au bout du chemin ?

À l'heure d'Internet et du tourisme de masse, la littérature de voyage est-elle un genre dépassé ?

Même si leur lecture reste une source d'émerveillement, bien des choses ont changé depuis que des écrivains comme Nicolas Bouvier, Jacques Lacarrière ou Bruce Chatwin nous apprenaient l'usage du monde. Les destinations les plus lointaines sont à portée de charter et font l'objet de reportages télévisés. En un mot : la planète s'est rétrécie et il semble temps de s'interroger sur l'écriture nomade. Pour éclairer cette question, nous avons rencontré Michel Le Bris, pilote du festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo, qui se tient cette année du 10 au 12 mai autour du thème « Migrations », et le grand romancier égyptien Alaa El Aswany, dont le dernier livre, Chicago, déjà best-seller du monde arabe, est promis à un égal succès en Amérique et en Europe.

Les écrivains voyageurs forment-ils encore selon vous une catégorie littéraire pertinente ?

Michel Le Bris. La littérature de voyage est une tradition anglo-s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes