Les écrits de Chaval

Les écrits de Chaval

J'ai la chance de posséder chez moi deux recueils de dessins d'Yvan Le Louarn dit Chaval « né il y a déjà quelque temps ». Achetés 10 francs pièce 1,5 euros; en 1993 à la sortie du métro, je ne les céderai pas pour un empire. Toute la connerie humaine s'y pavane à gros traits, si contente d'elle-même que c'en est touchant même déguisée en oiseau, en girafe ou en rhinocéros, on la reconnaît. Çà et là, quelques textes, comme des pépites. Je les connaissais car j'avais acquis Les Gros Chiens des années auparavant 15 francs chez un soldeur. Je savais par c?ur des incipit comme : « Madame Bovary n'avait jamais eu de bonheur avec ses chèvres », ou « Il était une fois un Breton nommé Le Plouk », sans parler de ce Conte médiocre dont la lecture fait se plier de rire tous mes amis. J'avais même fait partie du logiquement éphémère Club des méprisants mais les bibliophiles se gaussaient de moi en m'extrayant de leur bibliothèque le numéro spécial de Biz ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé