Leopardi désempaillé

Leopardi désempaillé

Figure majeure du romantisme européen, Giacomo Leopardi demeure méconnu en France. L'essayiste italien Pietro Citati propose une biographie en forme de plaidoyer pour ce génie aussi sombre qu'attachant.

Giacomo Leopardi, grand classique - contemporain de Stendhal, mort à Naples à 38 ans -, est étudié encore aujourd'hui dans les lycées italiens mais n'a jamais atteint une vraie renommée en France. En lisant ses poèmes, les Canti, rédigés par un jeune homme entre ses 20 et 30 ans, on se dit, dans un premier temps, c'est une chance !

Soyons clair : sa poésie de l'illimité, du vague, avec ses bergers grecs, son dolorisme, sa Thessalie de stuc, sa tristesse définitive, son nihilisme exalté, ses hymnes à la patrie, ses éthers, ses seins virginaux, ses clartés funèbres, passe mal dans notre langue. La mélodie de ses vers se perd en franchissant les Alpes... Malgré les efforts de Sainte-Beuve pour plaider sa cause, Leopardi reste un trou noir dans notre culture.

Il faut avouer que ce Leopardi est né sous une mauvaise étoile. Son enfance à Recanati, ville d'un petit État du Vatican du nord de l'Italie, est morose. Il grandit dans un château glacé, entre une mère bigot ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard