L'entreprise en pièce

L'entreprise en pièce

Les lecteurs de son Système Victoria savent que le romancier Éric Reinhardt compte parmi les rares auteurs français à oser se frotter (dans tous les sens du terme !) au monde de l'entreprise. Dans Élisabeth ou l'Équité, il met en scène un plan social dans la compagnie fictive ATM, propriété d'un fonds de pension américain. Non pour produire une énième diatribe révolutionnaire, mais pour chercher à dépasser l'hypocrisie partagée par les dirigeants, lorsqu'ils formulent des promesses qu'ils savent ne pouvoir tenir, et les syndicats, quand ils montent un scandale au mépris de la vérité. Au milieu, Élisabeth, DRH archétypale, et Dubreil, syndicaliste doué, vont se rapprocher : la révolution a lieu, et c'est une révolution intérieure. Piégée par sa direction, puis par les syndicats, lâchée par son mari, la DRH va retrouver le sens de l'équité... Certes, la pièce lit le réel à travers un prisme de gauche, évident dans son portrait de l'actionnaire américain, mais certain ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé