L'engeance de l'art

L'engeance de l'art

Artistes maudits, muses malheureuses et génies torturés sont de la partie dans cet élégant recueil de six nouvelles par l'auteur de Maîtresse et de Mary Reilly . Mais, si Valerie Martin se penche sur la mystique du créateur, c'est toujours par le filtre d'un double dégradé. Le peintre obsédé par le talent qu'il n'a pas, le petit professeur qui s'amourache d'une graine d'acteur, le romancier de pacotille qui enterre le chef-d'oeuvre qu'une autre a écrit. Ces pièces cruelles excellent dans la chute glaçante, le sale coup du destin, le tour d'écrou scellant ironiquement l'échec d'une existence. Autant de fables réflexives sur les petits compromis et les grands sacrifices qui s'imposent à chacun, au risque d'écorcher le mythe du génie romantique. « Un artiste doit vivre dans le monde réel », avance un personnage. Mais à quel prix ?

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine