L'enfance du mal

L'enfance du mal

Comment imaginer le Mal ? Comment expliquer l'existence du pire criminel de l'humanité ? Norman Mailer répond en romancier et raconte l'enfance de Hitler dans son nouveau livre, Un château en forêt.

Norman Mailer ne craint personne pour la modestie. Il a une obsession à sa mesure : Dieu et le Diable. Dans Un rêve américain éd. Grasset, 1967, ce touche-à-tout exprimait ainsi son idée maîtresse : « Est-ce que vous croyez que Dieu ou le Diable pourraient ne pas s'intéresser à Lénine, Hitler ou Churchill ? » Et dans un entretien daté de 1974, judicieusement intitulé À la recherche du Diable, il poursuit ses fulgurances, plus à l'aise sur le ring des idées que lorsqu'il trottait en petites foulées moites à la même date ! derrière Mohammed Ali, dans Kinshasa qui s'éveillait : « Et pourquoi ne pas envisager Dieu, comme l'une des conceptions de l'univers et imaginer qu'il est en guerre avec les autres conceptions ? » Car si l'on imagine un Dieu guerrier, pas toujours victorieux, alors il faut créer un Diable qui joue aux échecs avec Lui. C'est le sujet du dernier roman de Norman Mailer. À 84 ans, deux fois prix Pulitzer, mauvais garçon et macho frappeu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon