L'Empire et les désirs de la multitude

L'Empire et les désirs de la multitude

C'est dans le livre du même nom, écrit avec l'Américain Michael Hardt et publié initialement en anglais en 2000, que Toni Negri a élaboré le concept d'« Empire » avec une majuscule. Un terme dont il faut tout de suite préciser qu'il ne l'utilise pas dans son sens traditionnel. L'« Empire », selon Negri, ne se réfère pas au phénomène de l'« impérialisme », tel que Marx et Rosa Luxemburg l'avaient analysé en leur temps. Il ne décrit pas la volonté d'expansion du capitalisme à partir d'un centre, d'une « métropole », vers des terres plus ou moins vierges ou à coloniser. L'Empire est bien une « forme de souveraineté », mais nouvelle, qui n'est pas liée aux États-nations, qui entre même en conflit avec eux. Les États-Unis ont beau être l'État leader de la planète ; ils ne sont, selon Negri, ni une puissance impérialiste, comme le furent avant eux les pays d'Europe, ni le centre de l'Empire. Celui-ci est le mode de domination d'un capitalisme mondialisé, qui n'a plus de centre, ou dont le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon