L'empire de l'incandescence

L'empire de l'incandescence

Dossier Simenon

Érotomane invétéré qui se vantait d'avoir charnellement connu 10 000 femmes, Simenon a vécu en 1925 une passion brève mais intense avec la reine du music-hall, Joséphine Baker.

Par Stéphane Audeguy

Au rez-de-chaussée de la maison natale de Georges Simenon, à Liège, il y a deux devantures de magasin, à droite un salon de coiffure nommé Georges, à gauche une boutique nommée Joséphine. Tout le monde présente ça comme ça, je veux dire dans cet ordre-là : c'est Georges Simenon qui rencontre Joséphine Baker, non l'inverse. Suivons donc d'abord cet ordre.

Georges a déjà fait une autre rencontre, bien avant, à 12 ans, dit-il, une fille un peu plus âgée qui lui a fait l'amour. Et Simenon fait partie de ces gens qui n'en reviennent pas de cette rencontre-là, celle des femmes, du sexe des femmes, de la jouissance, de ces gens qui n'en reviendront jamais, à la fin de sa vie Simenon affirme avoir connu 10 000 femmes - dont 2 000 qu'il n'a pas payées, il ne dit rien de la qualité de ces étreintes, comme la plupart des hommes, quelle misère tout de même que ce règne du quantitatif, mais passons. De fait le jeune Simenon, élève des bons pères, perd aussitôt toute voc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes