L'Ehpad perdu

L'Ehpad perdu

Un drame sinistre pour un roman dialogué qui n'invite pas, mais pas du tout, à la mélancolie.

Ne tripotez jamais une arme qui ne vous appartient pas, vous n'êtes pas à l'abri que son possesseur s'en serve pour se faire sauter le caisson et que vos empreintes intriguent la police. C'est la mésaventure arivée à Pierre Mourange, directeur d'Ehpad, héros du roman d'Antoine Sénanque. « Le docteur Petitjean avait le sens de la tentation. »

L'inspecteur Guise, chargé de l'enquête, considère Pierre avec méfiance... Attention, ce roman n'est pas un polar mais une comédie élégante et gaie, remplie de personnages secondaires qui donnent la réplique à Pierre et, accessoirement, se chargent de lui fabriquer un alibi, vu qu'il n'en a pas.

L'auteur se régale dans les dialogues, truffés de reparties humoristiques, et dans les bons mots, qu'il enchaîne à toute allure. « Puisqu'elle avait raté médecine, elle était devenue malade. » Il aime aussi se moquer de notre époque, sur un ton doux-amer. Un roman bref, plein de charme et d'allant, quelque part entre les films de Pascal T ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes