Lee n'y allait pas mollo

Lee n'y allait pas mollo

Sexe, violence, politique : simili-polar américain,J'irai cracher sur vos tombes a fait tout son possible pour agacer la censure et provoquer le scandale.

créée en 1883, la Ligue pour le relèvement de la moralité publique avait vu, à l'approche de la Seconde Guerre mondiale, sa section lyonnaise s'acoquiner avec des membres de la Cagoule ; un toilettage s'imposait. En 1946, place au Cartel d'action morale et sociale, dirigé par le très zélé Daniel Parker, architecte de son état. Soucieux de protéger les âmes sensibles (piquant détail : on lui découvrira sur le tard une passion pour les jeunes garçons), Parker, s'appuyant sur la « loi du 29 juillet 1939 relative à la famille française », estime que le roman J'irai cracher sur vos tombes, signé Vernon Sullivan, peut inciter à la débauche. Difficile d'être plus à côté de la plaque. On a vu comment, en apparence, était née l'idée de cet ouvrage : un pari, un canular et, bien sûr, l'espoir d'une rentrée d'argent. Dans la mesure où ni Vercoquin et le plancton ni L'Écume des jours n'avaient encore été publiés, il ne pouvait s'agir, pour Boris Vian, de se v ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon