Lear lyrique

Lear lyrique

Le Roi Lear s'est longtemps refusé à la musique. On peut en redécouvrir ce mois-ci l'adaptation par le compositeur Aribert Reimann.

Si Shakespeare impressionne les compositeurs, que dire du Roi Lear ? Face au dramaturge et à son roi sénile, Berlioz, Debussy et Verdi ont jeté l'éponge. La solitude du père trahi, marchant en pleine tempête accompagné de son fou, était-elle impossible à orchestrer ? Incrédule, le baryton Dietrich Fischer-Dieskau a d'abord sollicité Benjamin Britten, puis Aribert Reimann, et, au bout de dix ans, voici que le compositeur se réveille en sursaut. Extrait de son journal : « 9. II. 1977. Dans la nuit, vision soudaine de la tempête : les accords frappés, massivement, se développent - par les sons restés suspendus jusqu'à former un énorme son dans l'espace - en un mouvement, réaction du cosmos, révolte des éléments. »

La musique ayant trouvé sa place, déterminé sa forme par et avec la poésie, Reimann consacre son énergie à composer son Lear pendant un an et demi ; il est créé à Munich en 1978. Sa mise en scène par Calixto Bieito, de 2016, est reprise ce mois-ci à ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes