Le zéro en l'infini

Le zéro en l'infini

Entre chômage et addictions,le vertigineux désoeuvrement de trentenaires, par une poète anglaise.

Dans son premier roman, la poète britannique Kate Tempest décrit la lutte quotidienne de personnages habités par la nervosité et l'ennui de leur génération. Des trentenaires d'aujourd'hui, nés entre les digital native et les espoirs politiques et familiaux que nourrissaient leurs parents au même âge. Eux se débattent avec le chômage, la sexualité et diverses addictions dans la banlieue londonienne.

Inspiré de l'esthétique des années 1990, le récit est construit comme une série télévisée : ses figures ne seraient que des stéréotypes si elles n'étaient reliées par un destin en dehors de la surexposition contemporaine. Ils s'appellent Becky, Harry, David, Pete, ils sont danseurs de seconde zone, dealers, vendeurs de lunettes, masseurs ; ils sont bisexuels, en couple, le plus souvent solitaires, mais ils finiront tous par se croiser. Ils sont les versions développées des personnages balayés dans Les Nouveaux Anciens (L'Arche), premier texte de Kate Tempest tra ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine