Le XXIe sièclesera-t-il spinoziste ?

Le XXIe sièclesera-t-il spinoziste ?

L'auteur de l'Éthique, longtemps marginal dans le panthéon de la philosophie, est devenu une référence omniprésente, de la politique à la biologie.

après une salve à l'automne, voici que les publications sur Spinoza refleurissent au printemps. Encore ? Il va falloir s'y habituer car, en plus d'être une mode, cette vague témoigne de profonds changements dans nos manières de voir le monde. Quel sens y a-t-il donc à prendre cet auteur-là (et non plus Marx, ou Descartes, ou Aristote) pour étendard philosophique, icône de notre rationalité, héros et héraut de notre effort vers la liberté ? Première réponse : « Spinoza, résume Étienne Balibar, apparaît étonnamment comme l'inspirateur d'une refondation. » En fusionnant son fameux Spinoza et la politique de 1985 avec d'autres articles rédigés au long de trente années, Étienne Balibar illustre la manière dont Spinoza renouvelle nos catégories. L'essentiel se joue dans la fragilité du politique : l'individu, la multitude, la souveraineté sont toujours en permanence en train de se défaire. Ainsi, la vieille question de l'articulation entre le singulier et le collectif pe ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article