Christophe Tarkos, le voyant allumé

Christophe Tarkos, le voyant allumé

Mort en 2004 à 41 ans, l'auteur du Petit Bidon et du Bonhomme de merde a dynamité l'écriture d'avant-garde, entre trivialité et lyrisme : ses textes font l'objet d'une anthologie. Récit polyphonique d'une explosion encore mystérieuse.

Nous sommes en 1998, à la galerie Lara Vincy, à Paris. Un jeune homme d'une trentaine d'années, aux yeux bleu délavé, très enfoncés dans leurs orbites, tristes et lointains, se met à parler : « Alors voilà... j'ai rencontré... une personne... qui est un homme de merde... il est tout à fait de merde... il me regarde avec ses yeux de merde... des yeux un peu marron... parce que l'eau de ses yeux de merde... c'est de l'eau marron... de merde... » On rit un peu dans l'assistance, mais de façon incertaine. Vêtu d'un caban bleu, d'une chemise grise comme un type qui passerait dans le coin, l'homme continue de sa voix à l'accent marseillais chantant mais quelque peu tenu en laisse : « Et quand il parle, il ouvre sa bouche... et je vois sa langue qui est une longue langue de merde... » Les mâchoires de l'homme de passage, avec son regard tourné vers l'intérieur, vers la face sombre du langage, sa face merdique peut-être, se tendent parfois pour mieux projeter un mot. « Il avait, j'en suis s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes