Le Vietnam, tragédie américaine

Le Vietnam, tragédie américaine

A travers romans et essais historiques, les Américains ont raconté la guerre du Vietnam en ne parlant que d'eux-mêmes et en passant sous silence le point de vue des Vietnamiens. Une vision égocentrique qui a pourtant inspiré de grands livres.

Bien souvent, les écrivains et critiques américains - et je n'échappe pas à la règle - utilisent le mot « Vietnam » non pas pour parler des Vietnamiens, de leur histoire et de leur culture, mais pour désigner une tragédie essentiellement américaine. « Vietnam, Vietnam, nous avons tous été au Vietnam », écrit Michael Herr dans Putain de mort , cédant à son tour à la tentation de cette métonymie facile, que nous nous sommes tous empressés de reprendre.

Plus de cinquante-huit mille Américains sont morts au Vietnam, deux millions d'hommes en tout, en comptant les pertes vietnamiennes. Et le mythe de l'innocence fondamentale de la puissance américaine et de son invincibilité géopolitique aurait dû, lui aussi, y mourir une bonne fois pour toutes. Ne serait-ce que pour comprendre le rôle des Américains dans la guerre du Vietnam, cette mini-bibliographie commentée n'est pas superflue.

Je commencerais par deux textes complémentaires. Le premier, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes