Le Tournant

Le Tournant

Toute sa vie, Klaus Mann a souffert de son écrasante filiation ; comment s'imposer comme intellectuel et écrivain quand on est regardé par tous comme le fils de Thomas et le neveu de Heinrich ? Cette question est au coeur du Tournant, autobiographie qu'il rédige en anglais à partir de 1941, dans son exil américain. Il n'a que 35 ans, mais c'est la deuxième fois qu'il se prend pour sujet sa première autobiographie avait paru en 1932, sous le titre Kind seiner Zeit. Avec une érudition et une intelligence époustouflantes, il raconte dans ce livre toute l'Europe des années 1900 à la guerre, s'effaçant derrière une formidable galerie de personnages, décrivant avec profondeur et passion la course à l'abîme d'une civilisation « mûre pour la ruine ». Dans ce témoignage captivant se lit aussi l'oppressant malaise de l'auteur, un romantisme torturé et mortifère qui le conduira à tenter deux fois de se tuer - la seconde avec succès, à Cannes, le 21 mai 1949.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes