Le tour d'immonde

Le tour d'immonde

Le 11 mai. C'était sur toutes les lèvres. Bien avant d'être officiellement fixée, la date du déconfinement fut un catalyseur de rêveries. Les librairies qu'on irait dévaliser. Le bar où l'on se retrouverait entre amis pour trinquer à notre santé. L'anniversaire qu'on irait enfin célébrer en famille au restaurant. Que ferait-on en premier ? La hâte de refermer la parenthèse des contraintes et des frustrations imposées par la situation sanitaire a pris, dans les esprits, des airs de renaissance anticipée. « Revivre, enfin ! » On exhortait ainsi la vie ordinaire, tissée de rituels et d'habitudes, à reprendre ses droits. Comme si le monde, effrayé par le coronavirus, avait cessé, l'espace d'une quarantaine, de ne pas tourner rond.Si seulement. La « pause » n'a pas eu lieu pour tous. Pour nombre de travailleurs qui ont dû demeurer fidèles au poste en dépit du risque et dans des conditions difficiles, et qui voient aujourd'hui les belles promesses de primes s'envoler, l'idée de se retrouv ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes