Le théâtre de la guerre

Le théâtre de la guerre

Une reprise importante des « Pièces de guerre » d'Edward Bond a conclu la saison. Un Shakespeare revanchard, des oeuvres inspirées par les conflits de Bosnie et le génocide du Rwanda sont au programme du festival d'Avignon. Comment représenter au théâtre les luttes fratricides des hommes ?

Avec Les Perses d'Eschyle, en 472 av. J.-C., le théâtre entame une rude relation avec la guerre. Chaque siècle, chaque nation aura ses dramaturges renvoyant sur la scène son sentiment horrifié et fasciné par les conflits militaires. Le plus souvent, l'Occident préfère refléter la guerre que la reconstituer. Shakespeare, lui, n'hésite pas à la dérouler devant nos yeux mais, autant que sa représentation physique, il aime son évocation par le récit et le dialogue. Nos grands classiques, les Corneille et les Racine, n'aimeront que cela : conter ce qui se passe hors du cadre visible. Mais les théâtres orientaux traditionnels jouent à la guerre avec volupté.

Aujourd'hui, après Brecht et O'Casey, la guerre reste en scène. Elle est très présente dans l'actualité théâtrale. On a vu Les Huissiers de Vinaver, qui se déroulent dans les coulisses de la guerre d'Algérie. On vient d'assister à une nouvelle mise en scène des Pièces de guerre...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes