Le temps des dupes

Le temps des dupes

Surtout, ne pas s'arrêter aux quinze premières pages. Elles ont leur saveur propre, donnent une idée des invites douteuses graffitées sur les murs des wc publics, mais si on peut y voir une métaphore de l'ambiance délétère d'une fin de règne politique, elles n'annoncent guère la teneur générale d'un roman qui prend bonne place parmi ceux que l'on dit « étude de moeurs ».

Au centre d'une comédie humaine aux multiples personnages réels ou fictifs, et qui est celle de ces trente dernières années, trois figures dominent. Adrienne Lambert, dite Adra, musicienne familière de l'ANPE ; Jacques Freytag, qui se fait appeler Serge, un militant bon teint que l'évolution des gens et des choses a conduit à n'avoir plus d'illusions d'en avoir trop perdu ; Julio Morazzo rebaptisé Jules Marolles, industriel qui en suivant à la télévision « le spectacle du Président agonisant en direct » entrevoit ce « à quoi lui-même ressemblerait d'ici peu ». Serge a trente ans de plus qu'Adra et ce « demi-s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article