Le temps amoureux

Le temps amoureux

Fragmentée, heurtée, trouée, la temporalité amoureuse maintient le sujet hors de l'histoire et entre en contradiction avec les scansions du temps organique.

Le temps amoureux n'est pas le temps de l'histoire d'amour. Il nous arrache à toute histoire, et c'est pourquoi il n'est pas celui du roman, mais du fragment. Comme l'amour, le temps n'a pas d'essence. Il n'est saisissable que lorsqu'on est dedans, et il n'autorise aucun surplomb, ce qui le rend inexplicable. Pourtant, lorsque ces deux énigmes, de l'amour, du temps, se rencontrent, la seconde se trouve en partie résorbée. De même que l'amour coupe du monde et le rend tout entier étranger, de même il invente le temps en le coupant de l'ordre ordinaire du temps. Une des forces touchantes du texte de Barthes est ainsi de pointer cette différence entre l'amoureux et l'aimé, qui est aussi la différence entre celui qui cherche à comprendre et celui qui ne le cherche pas : n'être plus que dans un seul espace-temps quand l'autre appartient aux deux mondes et est toujours susceptible de rentrer dans le premier. « Le monde, dit Barthes, est plein de voisins indiscrets, avec qui il me faut par ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes