Huysmans : le surnaturaliste

Huysmans : le surnaturaliste

L'oeuvre de Huysmans illustre un parcours spirituel et personnel, qui va du naturalisme à la foi, en passant par le dandysme et le satanisme. Littérature de combat sous ses dehors fin de siècle, elle pourrait être une clé permettant de mieux affronter nos désarrois contemporains.

Les révolutions sont trompeuses, les ruptures illusoires. À la fin, tout se tient. Ainsi, Jeff Koons serait-il étonné si on lui disait que son controversé Bouquet de tulipes fut peut-être rêvé par Huysmans. Pour preuve, voici ce qu'on peut lire dans À rebours au sujet de l'emblématique Des Esseintes : « [...] son penchant naturel vers l'artifice l'avait conduit à délaisser la véritable fleur pour son image fidèlement exécutée, grâce aux miracles des caoutchoucs et des fils, des percalines et des taffetas, des papiers et des velours. » Pour être juste, précisons tout de même qu'au bibelot kitsch, ou pop avant la lettre, Huysmans ajoutait la névrose.

Pour commencer, une précision. Comme l'écrit André Guyaux (1), « Huysmans n'a fait que raconter sa vie, dans tout ce qu'il a écrit, et publié ». C'est la clé de toute l'oeuvre, y compris des critiques d'art et des flâneries parisiennes. Lui-même le savait. Il le confie explicitement dans une notic ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon