Le stoïcisme, une manière de penser

Le stoïcisme, une manière de penser

Le stoïcisme est une philosophie du passé, disparue il y a mille huit cents ans. Qu'avons-nous à faire d'une philosophie qui s'est éteinte d'elle-même il y a si longtemps ? Que peut signifier désormais être stoïcien ?

Signalons d'abord qu'une bonne partie du stoïcisme est passée dans la culture commune, sans que nous nous en rendions compte désormais. La grammaire, par exemple, est une discipline qui a été presque entièrement inventée par les stoïciens : ils furent en effet les premiers à développer une théorie des lettres et des syllabes, et à distinguer noms, verbes, conjonctions et articles, et surtout, pour des raisons philosophiques, à distinguer le nom propre et le nom commun. Des notions morales qui nous paraissent avoir toujours existé, même si nous en contestons la pertinence, sont également apparues avec les stoïciens : la notion de « devoir », par exemple, qui n'apparaît ni chez Platon ni chez Aristote. Toutes ces notions, et d'autres dans la philosophie de la nature, sont passées dans la culture commune, et ont survécu à la disparition du stoïcisme, parce qu'elles s'en étaient détachées.

De façon plus générale, si les mots « stoïque » et « stoïcisme » sont employés couramment s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine