Le stoïcisme à Rome

Le stoïcisme à Rome

Comment le stoïcisme a-t-il pu s'imposer chez des philosophes romains traditionnellement tournés vers l'action et la participation à la vie de la cité ? Au prix de quelles adaptations ?

Peut-on être stoïcien et romain ? La question peut paraître incongrue si l'on songe à certaines représentations de Sénèque ou de Marc Aurèle, grandes figures de la romanité, que la postérité éleva au rang de hérauts du stoïcisme devant même les fondateurs de la doctrine. Prenons le tableau de Luca Giordano, La Mort de Sénèque : le philosophe, qui vient de se trancher les veines sur ordre de Néron, s'entretient avec ses proches dans une attitude de résignation sereine que l'on qualifierait volontiers de « stoïque ». Plus récemment, le film de Ridley Scott, Gladiator, présente l'empereur Marc Aurèle comme un modèle de sagesse stoïcienne, hardi à la guerre, juste, dépourvu de passions et serein devant la mort. Le protecteur du très hollywoodien Maximus incarne les quatre vertus cardinales que le Portique, après Platon et Aristote, avait mises à l'honneur : courage, justice, tempérance, prudence. Ces représentations ont un fondement philosophique puisqu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine