Le sorcier du reportage

Le sorcier du reportage

Lecteur d'Hérodote et spécialiste de l'Afrique, le journaliste polonais, dont paraissent les oeuvres en français, fut l'une des plus grandes plumes de la presse moderne.

C'était une grosse boîte en carton, posée sur le plancher de son vaste bureau, dans sa petite maison de Varsovie. À l'intérieur, des notes, des monceaux de notes, « pour les livres qui me restent à écrire ». Sur l'Amérique du Sud - il lui restait tant de choses à dire. Sur l'ethnologue Bronislaw Malinowski - il voyait en lui l'un des pères du reportage en profondeur, aux côtés de son premier compagnon de route, Hérodote. Sur son enfance, avant guerre, et pendant la guerre, dans une Biélorussie misérable et une Pologne affamée et soumise à la terreur nazie. C'était à l'automne 2006, il ne le savait pas, même si peut-être il s'en doutait un peu : il ne lui restait plus que quelques mois à vivre. Ces livres, il ne les a donc jamais écrits. On peut en rêver. Et relire, ou bien découvrir, l'essentiel de ce qu'a publié ce reporter de légende, ce journaliste aussi modeste qu'immensément ambitieux, qui a largement dépassé les limites du « genre » qui était le sien. Une oeuvre considérable, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine