Le simple préserve l'énigme

Le simple préserve l'énigme

Aussi étonnant que cela paraisse, il est des écrivains qui, au lieu de se haïr, de s'épier, de se jalouser, s'aiment et s'admirent tendrement. L'amitié entre Jacques Chessex et François Nourissier se poursuit depuis près d'un demi-siècle. Cela vaut bien un hommage croisé à leurs récents livres, où chacun d'ailleurs salue l'autre.

Le simple préserve l'énigme, de Jacques Chessex, nous arrive peu après Pardon mère éd. Grasset, bel hommage à sa mère disparue d'un fils qui se demande s'il a su l'aimer assez. L'ami mérite en tout cas tous les éloges, qui dans ce petit opus préfacé par François Nourissier lui-même Vrac, un bref pêle-mêle de notations aiguës, évoque la figure de quelques compagnons de son parcours intellectuel et artistique : Ramuz, Jacques Mercanton, Charles-Albert Cingria. Et François Nourissier, rencontré au tout début des années 1960. Mystère de l'amitié entre deux êtres si différents, le calviniste mystique hanté par la chair, et le hussard « long, maigre, soupl ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes