Le savoir en suspens

Le savoir en suspens

Si le polar a rompu avec le positivisme de Holmes, l'enquête demeure une figure essentielle pour décrire la façon dont le sens se construit à partir de signes épars.

Que raconte le roman policier tout au long de son gros siècle d'existence, de Sherlock Holmes à Mikael Blomkvist ? On prétend qu'il ausculte, avec le meurtre, les fractures et les dysfonctionnements du monde, qu'il s'aventure parfois, quoique littérature plutôt vouée à la consommation, à penser le mal et la folie des hommes. Mais ces récits où ça enquête, où ça fouille, cherche et trouve évoquent essentiellement un esprit à l'oeuvre, une performance intellectuelle, un savoir en cours d'élaboration. L'enjeu du roman d'enquête tient en un mot, celui de méthode.

Raconter l'investigation, c'est ce qui fonde le roman policier et le détache de l'esthétique feuilletonesque, encore persistante chez Gaboriau et le premier Doyle. En cela, le détective de Baker Street institue le nouveau genre comme une aventure du savoir. Les investigations fictives s'écrivent désormais comme des contes épistémologiques, des réponses de l'imaginaire à cette question que l'on pose si souvent à l'enquête ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes