Le sésame qui n'ouvre pas

Le sésame qui n'ouvre pas

Chassée de son pays, l'écrivaine rwandaise a finalement obtenu son diplôme tant convoité au Burundi. Pour n'en garder qu'un souvenir amer.

à la lire, comment douter que Scholastique Mukasonga, prix Renaudot 2012 pour Notre-Dame du Nil, n'habite pas toujours « le petit théâtre de sa nostalgie » ? Un Rwanda de bananeraies, où l'urwarwa était encore le nom d'un « petit cabaret provisoire » - cette bière de banane que l'on buvait chez l'habitant - et pas celui de la drogue ingérée par les auteurs du génocide, en 1994. En cent jours, ils massacrèrent un million de Tutsis, et, parmi eux, trente-sept membres de la famille de l'écrivaine. À son pays, elle entend donc édifier un « tombeau de papier », mais aussi la possibilité d'un après.

Ce faisant, elle exauce son rêve d'enfance : si elle rêvait d'un diplôme, c'était pour revenir dans ses collines, « rester auprès des paysannes, ce qui avait toujours été [sa] place ». Mais, chassée de son pays en 1973, elle a dû quitter son école d'assistantes sociales pour une autre, au Burundi. Ce précieux sésame, elle l'obtient donc loin de chez elle, et e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article