Le romancier n'a aucun devoir

Le romancier n'a aucun devoir

Auteur du Poète et créateur du personnage de Harry Bosch, il est aujourd'hui l'un des maîtres du roman noir américain. Il revient sur sa conception du genre et sur sa vocation précoce, dont la concrétisation fut toutefois différée.

Il est le grand maître du roman hard boiled version californienne, l'héritier de l'immense Raymond Chandler. Son personnage récurrent, Hieronymus Bosch, pourrait être le cousin de Philip Marlowe. Comme le privé incarné par Humphrey Bogart, il est irascible, teigneux, têtu, et pour faire bonne mesure perpétuellement en délicatesse avec sa hiérarchie. Depuis près de vingt ans, Bosch accompagne Michael Connelly dans les bas-fonds de Los Angeles et lui permet de tendre à la société américaine un miroir dans lequel elle se voit moins triomphante qu'elle ne le souhaiterait. Le voici qui nous revient avec son dernier roman, Volte-face, bien décidé à ne pas laisser relâcher dans la nature un tueur d'enfants qui vient d'obtenir la révision de son procès. Et pourtant, si Harry Bosch reste le personnage le plus abouti de Connelly, c'est paradoxalement Le Poète, un roman dont il est absent, qui assurera la célébrité de l'auteur à l'étranger et, dans la foulée, celle d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon