Le roman-photo,ou l'amour impossible

Le roman-photo,ou l'amour impossible

Sous-estimé et mélancolique, le genre s'invite au Mucem. Morceaux choisis et balade en compagnie d'un couple irréconciliable : la photo et le texte.

« Il s'approche d'elle et, tendrement, il la prend dans ses bras. » Dans une cuisine, plan serré sur un couple qui s'évalue du regard sans se toucher ; le phylactère fait dire au jeune homme : « Je crois que le moment est venu d'avoir un fils bien à nous. Et si on se mariait, qu'en dis-tu ? » (Circuit sans retour)

Le roman-photo finit bien. Grâce au Mucem, la mise sous cadre, l'accrochage en cimaise, une disposition subtile invitent à regarder avec un autre oeil ce qu'on ne voyait même pas. Au chevet de ces pauvres objets, on se prend à sanctifier ce que, l'instant d'avant, on vouait aux gémonies : oubliettes et poubelles. Longtemps moqué, le roman-photo, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !