LE ROMAN D'UNE VIE

LE ROMAN D'UNE VIE

1783. 23 janvier : naissance d'Henri Beyle, futur Stendhal, à Grenoble. Son grand-père maternel, le Dr Gagnon, incarne parfaitement la meilleure culture bourgeoise des Lumières. Son père est procureur au Parlement.

1786. 21 mars : naissance de sa soeur Pauline, qui sera longtemps sa confidente.

1790. 23 novembre : mort d'Henriette Gagnon, sa mère, en couches. « Là commence ma vie morale. [...] Je me mis à dire du mal de God » Vie de Henry Brulard. Henri se partage entre le triste appartement paternel et celui, lumineux, du Dr Gagnon, place Grenette, avec sa belle terrasse donnant sur le jardin de ville. Autour de lui, la grand-tante Élisabeth Gagnon, vieille fille « espagnoliste » dont le coeur cornélien palpite pour tout ce qui est généreux, et le fait rêver d'Italie, d'où seraient venus ses ancêtres ; mais aussi la tante Séraphie Gagnon, qui prétend l'éduquer et le persécute.

1792. En décembre, et jusqu'en août 1794, Henri subit la « tyrannie Raillane », du no ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard