Le roman du roman

Le roman du roman

quand la langue devient littérature

En tant que genre littéraire, le roman est aujourd'hui un roi. Mais il porte, comme un masque sur son visage, un nom encore plus grand que lui.

Ce nom entre dans notre langue au xiie siècle ; il ne vient pas directement du latin romanus , l'adjectif de Roma , qui a donné « romain », mais d'un dérivé tardif et populaire, l'adverbe romanice , qui signifiait « à la manière romaine ». Cela ne se disait pas à propos de l'Antiquité latine, mais de l'époque alors moderne. S'exprimer, parler, écrire ainsi, c'était employer la langue populaire, courante, et non pas le latin des clercs, ni une langue germanique ; plutôt, croyait-on, quelque mélange des deux. L'adjectif « français » étant lié aux Francs, il ne pouvait guère s'appliquer qu'à la réalité politique qu'ils avaient inaugurée - le royaume de France -, pas à la culture ou à la langue.

« Roman » fut donc le nom universellement adopté pour cette langue nouvelle, celle ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon