Le roman : de la langue au récit

Le roman : de la langue au récit

Lorsqu'on parle de « langage du roman », on ne croit pas si bien dire, puisque le nom du genre littéraire le plus populaire, le mieux perçu, est celui d'une langue. Tiré de l'adjectif latin romanus « romain », l'adverbe médiéval romanice « à la manière romaine », s'est appliqué non pas au latin, mais au contraire à la langue vernaculaire du Nord de la Gaule romaine, qui allait devenir le français. Entre le latin, conservé par l'Église, et ce qu'on appelait alors le thiois , le langage germanique des Francs, l'espace du romanz ne cessa de croître, jusqu'à l'apparition d'une norme politique et littéraire appelée nationalement françois . En même temps, avant le milieu du xie siècle on appelle romanz tout récit rédigé dans la langue populaire, d'abord en vers. Récits inspirés de la littérature latine les roman s « antiques » sont donc des traductions en langue populaire, mais aus ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon