Le roman américain selon Éric Rohmer

Le roman américain selon Éric Rohmer

Disparu le 11 janvier dernier, le cinéaste se distingua d'abord comme critique et écrivain. Nous publions l'un de ses premiers articles parus, consacré à la modernité littéraire outre-Atlantique.

On caractériserait assez bien l'évolution de l'art moderne par une tendance de plus en plus affirmée à subordonner le contenu à l'expression. Jusqu'à ces dernières années, le genre du roman semblait, sur ce point, curieusement retardataire. Aussi peut-on parler d'une révélation américaine. L'intérêt du dernier livre de Mme Claude-Edmonde Magny consacré à ce qu'elle appelle justement « l'âge d'or du roman américain » est précisément de s'attacher aux problèmes de style et de montrer comment ils conditionnent les autres : « [les romans américains] nous offrent, dit-elle, ce spectacle unique peut-être dans le monde actuel d'une littérature où la technique est vraiment consubstantielle à la matière. »

Nous sentons dans tout l'ouvrage la présence d'une même préoccupation que l'auteur prend soin d'affirmer en citant à plusieurs reprises une phrase de Jean-Paul Sartre : « Toute bonne technique porte en elle une métaphysique. » En même temps qu'une connaissance de l'homme moderne, la ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS